17 janvier 2011

DSK et Pascal Lamy doivent démissionner du PS !

DSK
DSK.
Pascal Lamy
Pascal Lamy.
En vue de l’élection présidentielle 2012 et pour ne pas décevoir à nouveau les millions d’électeurs qui s'apprêtent à voter pour lui, le PS a tout intérêt à être porteur d’une vraie solution alternative au système actuel. Mais il risque d’être représenté par une personnalité de l’establishment financier.

L’élection d’un tel candidat, incapable d’établir un rapport de forces avec les représentants du milieu dont il serait issu, conduirait aux mêmes impasses et désillusions que par le passé…



Puisque le Parti socialiste français se dit de gauche et que deux de ses éminents adhérents sont en faveur du libéralisme le plus débridé dans les institutions internationales, une clarification est nécessaire. On ne peut en effet être de gauche et diriger le Fonds monétaire international (FMI) ou l’Organisation mondiale du commerce (OMC), piliers de l’ordre néolibéral mondial. 

Si Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI et Pascal Lamy, directeur général de l’OMC ont fait leur choix, le Parti socialiste français doit lui aussi choisir : soit il renonce définitivement à représenter la gauche, soit il exclut Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy.

La déclaration de principes du PS débute par les lignes suivantes :

" Il est né de la rencontre entre une pensée critique, riche et diverse, et l’action du mouvement ouvrier qui, pendant deux siècles, ont porté une contestation de l’organisation sociale façonnée par le capitalisme et ont défendu le projet d’une société solidaire dont tous les membres jouissent des mêmes libertés et des mêmes droits.

Il revendique le souvenir de 1848, avec l’abolition de l’esclavage, de la Commune, l’héritage de la République, de son œuvre démocratique, et de son combat pour la laïcité, les grandes conquêtes sociales du Front populaire, de la Libération, de mai 68, de mai 81 et des gouvernements de gauche qui se sont succédé depuis.

Il participe des grandes batailles politiques et intellectuelles pour la liberté et la justice, de l’affaire Dreyfus à l’abolition de la peine de mort. Il fait sienne la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. "

Comment imaginer des actions plus contradictoires avec ces valeurs socialistes que celles de Dominique Strauss-Kahn au FMI et de Pascal Lamy à l’OMC ?

Le FMI

Officiellement, le rôle du Fonds monétaire international est de « promouvoir la coopération monétaire internationale, de garantir la stabilité financière, de faciliter les échanges internationaux, de contribuer à un niveau élevé d’emploi, à la stabilité économique et de faire reculer la pauvreté ».

Le FMI fournit des crédits aux pays en difficulté. Mais en contrepartie, il exige des politiques de rigueur, de libéralisation des services publics, de privatisations, de désengagement de l’État, nommés « Plans d’ajustement structurels ».

Il dispose également d’un rôle de conseil et de formation pour mener des politiques ultralibérales. Le FMI est dénoncé pour ses actions au niveau international par des centaines d’organisations actives dans les pays du Sud et du Nord.

L’OMC

Le but de l’Organisation mondiale du commerce est de favoriser le commerce, en fait le libre-échange. Théoriquement, elle pourrait protéger le plein-emploi, les consommateurs, leur santé, la souveraineté et la sécurité alimentaires, l’environnement. Pratiquement, son action se limite à la libéralisation du commerce et à la dérégulation. Toute mesure qui entraverait les échanges commerciaux, comme les normes sociales ou environnementales, est fermement condamnée et souvent attaquée par l’OMC.

Son fonctionnement est digne d’une république bananière et ses politiques ont aggravé les inégalités entre le Nord et le Sud.

Plusieurs manifestations de grande ampleur ont eu lieu ces dernières années contre l’OMC, notamment à l’occasion de contre-sommets à l’initiative de mouvements altermondialistes, paysans et syndicaux.

Quelques faits d’armes de Dominique Strauss-Kahn

1994 : il participe à la création du « Cercle de l’industrie », lobby des industriels français au sein de l’Union européenne. Y sont représentés : Rhône-Poulenc, Lafarge, Pechiney, Elf, L’Oréal, Bull, Schneider, Renault, Total…

1997 : ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de Lionel Jospin, il supervise les ouvertures de capital (France Télécom, Air France, Thomson, EADS...) et les privatisations (Crédit lyonnais, GAN, CNP, CIC, Autoroutes du Sud de la France...) qui s’enchaînent à un rythme inégalé (42 milliards par an en moyenne contre 38 pour le gouvernement Balladur et 27 pour le gouvernement Juppé !). En décembre, il annonce vouloir relancer la réflexion sur les fonds de pension.

1999 : il baisse le taux d’imposition des stock-options de 40% à 26%, ce qui représente un bénéfice de 4 milliards de francs pour 12 000 privilégiés. Il propose Pascal Lamy pour que celui-ci devienne le Commissaire européen au commerce international (avant de devenir, ensuite, directeur général de l’OMC).

2000 : il participe à la Conférence annuelle du Groupe de Bilderberg, un rassemblement des plus puissants hommes d’affaires, dirigeants et hommes de médias dans le monde.

2003 : il co-fonde avec Michel Rocard le club de réflexion À gauche, en Europe qui soutient très tôt et de façon inconditionnelle le Traité constitutionnel européen.

2005 : Strauss-Kahn fait campagne pour le « oui » au TCE. En mai, il sort un DVD en faveur du « oui ».

2007 : il devient directeur général du FMI sur proposition de Jean-Claude Juncker (cet homme politique luxembourgeois est l’un des architectes du traité de Maastricht) et Romano Prodi (ancien président de la Commission européenne), avec le soutien actif de Nicolas Sarkozy et avec l’accord du président des États-Unis George W. Bush.

2008 : en visite à Carthage, il ne manque pas de féliciter le président Zine El Abidine Ben Ali pour la pertinence de ses choix économiques : "Je m'attends à une forte croissance en Tunisie cette année, la politique économique adoptée ici est une politique saine et constitue le meilleur modèle à suivre pour de nombreux pays émergents".
 
Quelques faits d’armes de Pascal Lamy

1982-1983 : directeur adjoint du cabinet de Jacques Delors (ministre de l’Économie et des Finances), il pilote en France le « tournant de la rigueur », quand le Parti socialiste s’aligne sur le néolibéralisme.

1985 : directeur de cabinet de Jacques Delors (Président de la Commission européenne), il applique avec soin les propositions des grandes multinationales et impulse l’ « Acte unique » qui est l’alignement néolibéral de la « construction » européenne.
1994 : entrée au comité de direction du Crédit lyonnais. Il en devient cinq ans plus tard le directeur général et prépare la privatisation de la banque et les licenciements massifs qui l’accompagnent. Il deviendra président de la commission « prospective » du CNPF, le futur MEDEF, principal syndicat patronal en France.

1999 : il devient commissaire européen et débute son mandat en réclamant de lever l’interdiction de cultiver des Organismes génétiquement modifiés (OGM) en Europe.

2000 : il participe à la Conférence annuelle du Groupe de Bilderberg, un rassemblement des plus puissants hommes d’affaires, dirigeants et hommes de médias dans le monde. Il sera également présent lors des réunions de 2001, 2003 et 2005.

2007 : il devient directeur général de l’OMC grâce à l’appui du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin et du Président de la République Jacques Chirac, avec l’accord du président des États-Unis George W. Bush.

À la veille des échéances politiques de 2012, Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy n’ont plus rien à faire au Parti socialiste et, en y émargeant, portent préjudice à l’ensemble de la gauche.




Cet article a été publié sur AgoraVox mais a également été repris par Yahoo Actualités et vous pourrez prochainement le lire sur : http://fr.news.yahoo.com/blogs.html



7 commentaires:

catherine a dit…

Nous sommes les témoins malheureux et impuissants de la mondialisation et de la consécration d’un "pseudo" socialiste en la personne de DSK, parmi tant d’autres comme Pascal Lamy à l’OMC…

Les philosophes et intellectuels d’envergure que l’histoire a connu, doivent se retourner dans leur tombe, face à ces socialistes aux commandes des institutions internationales avec la bénédiction du président des Etats-Unis !

Gauche caviar ? certes, mais cela s’appelle aussi être un collabo du système financier international qui nous opprime.

Peut-on continuer à être qualifié de socialiste tout en trahissant les fondements du socialisme ?

agnès a dit…

Le monde change et pourtant ce sont toujours les mêmes (sociaux-démocrates en général) qui gèrent les robinets financiers.

DSK conjointement au FMI et au PS, c’est la meilleure chance pour Sarko d’être réélu en 2012 !

antoine a dit…

Vidéo édifiante... si besoin était !

À diffuser sans modération !

Ces mecs sont à vomir.

serge a dit…

La grande bourgeoisie a le candidat idéal avec Strauss Khan pour remplacer Sarkozy qui fait tâche en maintenant ses intérêts vitaux.

Mais il faudrait être sacrément idiot quand on a des valeurs de gauche pour propulser ce carriériste au sommet de l’État.

De deux choses l’une : ou le PS l’exclue et reste un parti social démocrate ou il accepte sa candidature et c’est la rupture ouverte avec le monde ouvrier, cesse d'être un parti social-démocrate, pour devenir démocrate à l’américaine.

Quelle régression !

jean a dit…

Et dire qu’il y en a beaucoup qui sont prêts à voter pour ce fmiste, croyant ainsi changer de politique...

Le PS n'a rien compris !

Anonyme a dit…

Si on pense que "gouverner c’est prévoir" on peut craindre qu’il n’en soit pas capable.

Mais si gouverner c’est mentir, alors en voilà un qui est vraiment à la hauteur. Particulièrement quand il essaie de nous faire croire que le FMI est de gauche...

jl a dit…

Bravo pour cet article qui enfonce le clou !

C’est tellement gros, ça crève littéralement les yeux : le FMI et l’OMC sont des institutions libérales qui pratiquent ou imposent des politiques qui sont à l’opposé des valeurs dont se réclame la social-démocratie ! Et qui est à leur tête ? Des dirigeants de ladite social-démocratie !!

Outre l’énormité de la chose, ce scandale est un gros doigt levé envers tous les peuples qui sont traités comme des fourmis incapables de voir les grands mammifères ! (*)

Par ailleurs, je vois dans cet état de fait un hommage du vice à la vertu que la droite adresse à la gauche, qui montre qu’il n’y a, à droite, aucune personnalité compétente pour mener ces politique en faveur de ladite droite à une échelle aussi vaste ! Il est vrai qu’on ne peut être à la fois au four et au moulin : s’enrichir soi-même et enrichir ses copains.

De fait, la véritable démocratie n’est pas celle que nous connaissons : à l’instar des citoyens d’Athènes, les élites mondiales actuelles sont les seules à vivre en démocratie, dans cet "entre soi" que sont ces réseaux et institutions supra-étatiques, cependant que nos jeux du cirque à nous les esclaves modernes, ce sont entre autres coupes du monde et reality shows, les parodies électorales auxquelles nous sommes régulièrement conviés aussi bien en tant que figurants et spectateurs dans la grande représentation non stop de la société du spectacle.

(* ) « C’est le malheur du temps que les fous guident les aveugles. » (William Shakespeare).