10 juillet 2017

Perturbateurs endocriniens : Nicolas Hulot céde devant la commission européenne…

Les gouvernements européens viennent d’adopter le 4 juillet dernier une définition commune des perturbateurs endocriniens. Ce texte était présenté régulièrement depuis juin 2016 aux États européens mais ils étaient trop peu nombreux à l’approuver pour qu’il soit adopté.  
 
Aujourd'hui, cela a été possible par le changement de pied de la France qui avait bloqué jusqu'alors ce texte  aux garanties insuffisantes mais Nicolas Hulot a fini par capituler et n'a pas eu le courage, comme les représentants du Danemark, Suède, République tchèque, de voter contre la proposition de la Commission européenne... 



Une « véritable politique européenne sur les perturbateurs endocriniens », « un grand succès » selon les mots du Commissaire européen à la santé et la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, pour saluer l’adoption par les États européens d’une définition de ces substances reconnues dangereuses pour la santé« Une fois appliqué, ce texte assure que toute substance active utilisée dans les pesticides et identifiée comme perturbatrice endocrinienne pour les personnes ou les animaux peut être évaluée et retirée du marché », a poursuivi Vytenis Andriukaitis dans le communiqué de la Commission.

Mais ce n’est pas l’avis des ONG environnementales qui suivent ce dossier depuis longtemps, notamment Générations futures et une coalition de 70 ONG, EDC Free EuropeLes perturbateurs endocriniens agissent en effet même à faible dose en pénétrant les organismes via :

- les voies digestives par l'intermédiaire de la nourriture ou de l'eau de boisson, du mucus pulmonaire dégluti et éventuellement de médicaments ou topiques ingérés : maquillages, rouge ou baume à lèvres, dentifrices, rince-bouches, objets sucés tels que tétine ou jouets portés à la bouche, etc.

- les voies respiratoires en permettant à des poussières, micro et nanoparticules inhalées de passer dans le sang ou la lymphe. Les molécules en cause proviennent de parfums, de peintures et matériaux synthétiques, détergents, solvants, etc.

- le passage percutané de certaines substances hydro ou surtout liposolubles à travers la barrière de la peau, notamment lorsqu’il s’agit de peau lésée. C'est le cas de médicaments, produits cosmétiques, mousses à raser, colorants pour les cheveux, et autre composants contenus dans certains savons, lotions, déodorants, lingettes nettoyantes, etc.

- le cordon ombilical ou le liquide amniotique, in utero.

Les ONG jugent que la définition adoptée par les Etats européens présente deux défauts majeurs, qui risquent de limiter fortement le nombre de substances concernées :

- Le niveau de preuve demandé pour classer une substance comme perturbatrice endocrinienne est trop élevé, la majorité des substances risquant ainsi d’échapper au classement.

- L’exemption accordée aux pesticides ayant pour mode d’action la perturbation endocrinienne. « C’est précisément cette disposition qui permettrait d’exclure le glyphosate de la liste des pesticides perturbateurs endocriniens », a estimé François Veillerette, porte-parole de Générations futures.

En décembre dernier, l’ex-ministre de l’Environnement Ségolène Royal avait pourtant jugé « inacceptable » la définition de la Commission. Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, au micro de Jean-Jacques Bourdin, avait indiqué fin juin 2017 qu’il ne « céderait rien sur ce sujet ».

Nicolas Hulot a finalement expliqué son revirement dans une interview à Libération : « Jusqu’au bout, je n’étais pas du tout certain de voter le texte ». Pour le faire, « il y avait un certain nombre de conditions que j’ai obtenues, à l’exception d’une seule. » Il se félicite donc d’avoir fait " basculer dans le giron un certain nombre de substances qui, pour l’instant, en étaient tenues à l’écart ". Il admet n’avoir " pas eu gain de cause sur la levée de l’exemption de certains produits. "

Pourquoi le ministre Ministre de la Transition écologique et solidaire a-t-il lâché en échange de si peu ? " Je ne me l’explique pas ", confie Corinne Lepage, pourtant soutien d’Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. " J’avais déjà trouvé les réponses de Nicolas Hulot à Jean-Jacques Bourdin assez évasives sur ce sujet-là. "

Mais ce sont quelques mots glissés dans le communiqué français qui inquiètent le plus. Celui-ci met en avant des « mesures nationales » destinées à renforcer l’action sur les perturbateurs endocriniens en France. Il indique que « les ministres de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé, et de l’Agriculture et de l’Alimentation, saisiront l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour mener une évaluation des risques des produits les plus utilisés contenant ces substances. »

" L’évaluation des risques, c’est exactement ce que veut l’industrie. Or, on avait obtenu avec le règlement européen de 2009 une possibilité d’interdire les perturbateurs endocriniens sur la base de leur dangerosité : si un produit est dangereux pour la santé, on ne le met pas sur le marché. Remplacer le danger par le risque, c’est une capitulation idéologique majeure ", regrette encore le porte-parole de Générations Futures.

Ce texte approuvé doit désormais passer devant le Parlement Européen. Les ONG l’appellent à refuser cette définition des perturbateurs endocriniens mais l’espoir est mince de voir les députés européens se révolter contre ce nouveau diktat de la commission européenne concocté avec le soutien d'Angela Merkel et de l'Industrie chimique et pharmaceutique allemande...



Photo Creative Commons


Lire toutes les infos du blog : 
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Les enveloppes de pognon données par les labos ont dû tomber comme les confettis pour le Carnaval... Faudrait passer devant les caméras tout ce beau monde au sérum de vérité Penthotal pour qu’ils avouent tout...